• Qu’est ce que le Jing (l’essence), aspect Yin du Chi?


    Le Jing

     


    Le terme Jing a plusieurs significations. Il peut être utilisé comme :

    Un verbe : il signifiera alors « raffiner ou purifier un liquide pour lui conférer une qualité supérieure (Jing Lian).

    Un adjectif : il décrit ce qui est raffiné, poli et pur, sans mélange (Jing Xi) pur, fin, délicat, soigné ou Jing Liang : d’excellente qualité, pure et bonne.

    Un nom : Lorsqu’il s’applique à l’intelligence ou à la personnalité d’une personne, Jing Ming : il signifie vif et malin.

    Appliquer à une pensée, il signifie : approfondie ou astucieuse.

    Lorsqu’il est employé pour désigner un objet, Jing signifie « essence ou essentiel ».

    Lorsqu’il est utilisé pour désigner l’énergie d’un être, il signifie « esprit, « fantôme ».

    Les chinois pensent que le sperme ou semence mâle est le produit le plus raffiné et le plus essentiel de l’Homme, Jing désigne aussi le sperme ou la semence.

    Dans le sens d’essence, le Jing existe en toute chose : la source originelle et de croissance à partir de laquelle une chose est faite et ce qui renferme la nature véritable de cette chose.

    Lorsqu’il se réfère aux animaux ou aux humains, Jing signifie la source même, originelle, essentielle, de la vie et de la croissance ; Ce Jing est à l’origine du Shen (esprit) qui rend un animal différent d’un arbre ; Pour les humains, Jing est transmis par les parents. Le sperme signifie est nommé Jin Zi et qui signifie « essence fils » et est mélangée au Jing de la mère (ovule), une vie nouvelle apparaît, Yuan Jing, la fusion des Jing des deux parents ou « essence originelle ».

    La quantité et la qualité de Jin varie d’une personne à l’autre et nous héritons les habitudes de vie de nos parents au moment oû ils nous conçoivent et de leur santé, Ceci influence grandement notre Jing. Peu importe la quantité de Jing, le principal est de conserver celui-ci, si on ne peut l’augmenter, on peut en améliorer la qualité.

    Il est important de savoir conserver et d’affermir son Jing originel, cela implique d’éviter tous les abus par un usage excessif du Jin originel. Par exemple : en  cas de trop forte activité sexuelle, on perdra son Jing originel plus rapidement que les autres. En raffermissant  le Jing, on en vient à le garder et à le protéger. Les reins sont considérés comme le siège du Jing originel.

    Le Jing originel est la source et la racine de notre vie et de notre force intérieure. Cela nous permet de grandir et de devenir fort et sain. Après la naissance, nous commençons à absorber le Jing de la nourriture et de l’air et nous convertissons ce Jing en Chi pour répondre aux besoins de notre corps.

    L’élève est toujours surpris lorsqu’il est confronté au Jin du professeur ou maître. Il est souvent confondu avec la force physique musculaire (Li) ou force extérne.

    Beaucoup de gens peuvent développer une force externe dans un temps très court en soulevant des poids et en s’entraînant intensivement avec des exercices appropriés, d’autres naissent avec une forte constitution mais cette force reste souvent très rigide, peu souple et non- flexible.

    La force reste locale et non connectée avec le reste du corps. Le Jin l’est. Le Jin se développe pendant plusieurs années de pratique interne en accumulant le Chi ou Qi (énergie interne). L’accumulation d’énergie est forgée et tempérée et est transformée en Jin ceci en continuant une pratique correcte, régulière et assidue.

    Ceci implique les exercices debout et/ou l’étude de la forme . Ceci peut être accomplit autant par les hommes que par les femmes. Le Jin peut être local ou connecter dans le corps entier. Quand il est utilisé en self-défense ou pour des travaux lourds, il peut être combiné à la force externe ou Li(force musculaire).

    Le Jin est fort et souple et sensible. On dit qu’il circule comme un flot d’eau sous pression à travers un tuyau d’arrosage ou ayant une force similaire à celui-ci.

    Le Jin exprime sa force dans les mouvements de base du Tai Chi comme le Peng, Ji et An.

    L’effort est requis à chaque fois, on peut l’utiliser doucement ou explosivement. L’un des desseins du Tai est de cultiver le Qi et le Jin et être capable de le redistribuer à travers tout le corps et à volonté. Cette apprentissage peut prendre plusieurs années

    Souvent, lorsqu’un élève arrive à un certain niveau, ll ou elle ne peut se rendre compte de quelle manière cela s’est developpé parce que plusieurs exercices et techniques ont contribués à cet accomplissement.

    Pour l’instant, beaucoup pratiquent la forme et les exercices de Chi-kung ou autres. Si ceux-ci sont pratiqués pendant de nombreuses années, ceux-ci génèreront cette force interne et il sera difficile de savoir lequel de ces exercices est le plus efficace.
     On dit que  certains artistes martiaux ne pratiquent que des exercices statiques en préparation de la poussée des mains et des applications martiales. Il feraient un minimum ou pas de formes du tout. Quand ils ressentent les effets des positions statiques, ils commencent ensuite la poussée des mains.

    Avoir du Jin ne signifie pas nécessairement  que l’on soit plus intelligent ou une personne supérieur ou un génie, mais malgré qu’il ou elle pratique longuement, cela ne veut pas dire que la pratique soit correcte. Parfois, La persévérance produira des résultats, du moment que la pratique ne soit truffée d’erreurs. Si une certaine hygiène de vie n’est pas respectée, l’énergie interne sera souvent dissipée et l’accomplissement s’en ressentira. Il
     peut y avoir différents degrés de Jin en terme de force et de souplesse et de comment l’utiliser. Certains le décrivent en terme de comment le Jin est ressenti dans le Yin ou le Yang. Le but est à 50/50, comme une sensation de coton à l’intérieur et de fer à l’extérieur. Lorsque vous ressentez le Jin, vous pourrez savoir par vos propres sensations quels sont les exercices qu’il l’amplifient et ceux qui le dissipent. Comment utilise-t’on cette force intérieur ? Il magnifie d’abord notre habileté dans différentes applications. Il donne une certaine confiance en soi ou de l’arrogance cela dépend de la personnalité du pratiquant. Il renforce notre santé tant que l’on ne  dissipe pas cette énergie ou si on n’en abuse. Naturellement, il renforce votre habileté de faire ce que vous avez à faire dans votre vie quotidienne et principalement lors d’efforts physiques. Cet un outil très valable. la pratique occasionnelle n'est pas susceptible de produire des résultats plus qu'occasionnels. Elle se doit d’être régulière avec patience et persévérance.

    Certaines personnes sont capables de diriger et de canaliser mentalement le Jin pour l’amener à travers les jambes, les hanches, le dos, dans les bras et les mains et vers le haut jusqu'au cou. Il fait partie de la circulation du Chi à travers les méridiens. Certaines personnes font référence au Jin et au Chi comme interchangeable parce qu’il y a une si proche relation entre eux. Il peut y avoir plusieurs difficultés à développer son Jin et celle ci varie d’un individu à l’autre. Premièrement, en essayant de rechercher que faire pour l’avoir sans réellement savoir ce qu’il est (le Jin). Que peut-on faire de mieux ? exercices statiques, pratique de la forme, etc…

    Un pratiquant fort doit abandonner son attachement à la force externe, ce qui peut être difficile à accomplir, mais sans cela, il sera difficile d’ouvrir les articulations pour permettre une libre circulation du Chi. Le catch est la meilleure manière de devenir fort. En voulant devenir fort en premier lieu, cela se traduira par une trop grande focalisation sur l’obtention de la force (Li) tandis que le Jin demande et implique aussi de la souplesse. Cela prend du temps, patience et persévérance dans son art et confiance en soi. On ne peut soutenir une croyance tant que l’on ne l’a pas expérimenté et accomplie.

    Parfois, cela implique des douleurs physiques, principalement dans les postures statiques maintenues pendant de longues périodes de temps, jour après jour. Un autre sorte de douleur peut être la frustration de ne pas progresser et peut-être de ne jamais progresser en pensant que vous progressez mais sans progresser vraiment. Un maître disait » D’abord il y a de chaleur dans les membres et ensuite du froid dans les membres et ensuite , il y a le test de la patience » Le renforcement du Jin est un des joyaux dans la pratique du Tai Chi, ce n’est pas la fin du jeu. Arrivé au sommet de son art n’est qu’une partie du processus, il faut travailler son chi, la coordination des mouvements, de la structure du corps et l’observance et la pratique des principes des classiques du Tai Chi et toujours avoir le soin de cultiver le corps et l’esprit. Ainsi le Jing nourrit le Qi, lequel en retour nourrit le shen, le shen commande le Qi qui commande le Jing.

    N’utilisez que la force musculaire est considéré comme Li, quand on emploie son mental (Yi) et la concentration pour commander ses muscles, le chi afflue sur les objets visés et l’anime, ce qui est considéré comme du Jin

    Il existe de nombreuses sortes de Jin mais ils ont tous en commun le fait d’être en relation avec le flux d’énergie dont un aspect est le chi.

    Les mots ne suffisent pas à transmettre le Jin, pour approfondir votre connaissance, de nombreux ouvrages existent en la matière, une pratique régulière et assidue avec un professeur expérimenté vous aidera grandement, alors je vous souhaite une bonne étude.

    « Qu’est ce que Le Qi ou Chi (énergie ou souffle) Le Shen, le Yi, et le Zhi. »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :