• Où le Tai Chi Chuan trouve-il son nom ?


    Où Le Tai Chi Chuan trouve-il son nom ?

     


    Lorsque Yang Lu Chan enseigna son art dans son village de Yung Nien, son art se nommait « Mien Quan » ou (boxe de coton) ou encore « Hua Quan » (poing neutralisant), cela ne s'appelait pas encore Tai ji Quan.

    Durant son enseignement à la cour impériale, Yang Lu Chan rencontra plusieurs adversaires amicaux et d'autres beaucoup moins. Mais il gagnait invariablement et de façon si convaincante, par ses techniques douces, qu'il acquit une grande réputation. Plusieurs visiteurs de la cour impériale s'empressait pour voir ses combats. Un jour, lors d'un de ses rassemblements, où Yang Lu Chan avait gagné contre plusieurs adversaires, était présent un de ses élèves nommé Ong Tong He, il était si impressionné par la manière dont Yang Lu Chan excécutait ses techniques de combat, qui exprimait d'après lui les principes du Tai Ji (Wu ji ou sans extrémités) (philosophie Taoîste) il écrivit un verset pour lui « Les mains du Tai Chi secouant le monde entier » comme un coffre au trésor, contenant toute l'habileté martiale pour défaire un entier rassemblement d'héros . Par la suite, l'art de Yang Lu Chan fut appelé Tai Ji Quan et les autres styles suivants feront toujours référence au Tai Ji Quan par association avec le maître du style Yang.

    Le Combat ou la santé:

    Beaucoup ont dit que Yang Lu Chan avait adoucit la forme traditionnelle pour s'adapter aux gens de la cour impériale, rendant l'Art plus facile et moins performant, se focalisant sur l'aspect de la santé, parce que vu l'époque et l'apparition des armes à feu, l'Art martial devenait obsolète. Cela n'est pas prouvé et ne serait que des « on dit ».

    Avant que Yang Lu Chan n'enseigne à la cour impériale, sa boxe était déjà très douce et neutralisante et on la nomma « mien Quan » ou boxe de coton et aussi on s'interrogea beaucoup sur l'habileté de Yang Lu Chan parce que sa forme était douce et éfficace dans la façon de défaire ses adversaires. A la cour impériale, Il n'était pas question de dissimuler ses techniques de combat car ceci aurait signifié un cas de haute trahison et une condamnation à mort pour Yang Lu Chan. Au contraire, vu que Yang Lu Chan rencontra et se compara à de nombreux autres habiles et fameux artistes martiaux de l'époque, il améliora certainement l'efficacité de son Art.

    L'ancienne forme Yang

    L'ancienne forme était enseigné par Yang Lu Chan lorsqu'il commença son enseignement dans son village de Yung Nien. Cette forme fut également enseignée par ses fils, Yang Ban Hou et Yang Jian Hou. Cette forme existe toujours comme d'autres anciennes formes qui furent modifiées ou raccourcies sans en perdre leur essence et que l'on connaît aujourd'hui sous le nom de longue forme, dans laquelle fut incorporé les 13 postures Pao ch'ui et ceci est devenu aujourd'hui la longue forme du Tai Ji Quan de 108 postures.

    Yang Lu Chan et ses fils enseignaient la forme courte à la cour impériale et la longue forme à l'extérieur. La forme courte n'est pas inférieur à la longue mais une variation de la longue forme et plus facile à pratiquer en combat pour les membres de la cour impériale, habillés à l'époque de longue robe à longue manche.

    La forme courte nous est restée aujourd'hui grâce à un étudiant de Yang Ban Hou se nommant Quan Yu et son fils Wu Jian. 



    L'ancienne forme Yang était aussi appelée « six routines » et « les 13 postures » les six routines parce que la longue forme fut morcelée en six routines séparées et pratiquée comme tel par les élèves jusqu'au moment ou leur habileté et endurance leur permettait de relier et de pratiquer la longue forme en entier.

    L'ancienne forme Yang ne diffère que par quelques détails de la forme actualisé de Yang Cheng Fu. Notons que Yang Cheng Fu ne standardisa pa la longue forme mais sa façon de la pratiquer et la propagation si large de celle-ci, elle devint un standard actuel.

    L'ancienne forme Yang retient la forme explosive (Fa-jing) et les coups de pieds sautant (juste un seul). Nous savons que la séquence de l'ancienne forme Yang et la forme standardisé de Yang Cheng Fu sont pratiquement similaires.

    L'ancien manuel de Wu Yu Xiang mentionne également une séquence similaire. Il est intéressant de noter, que dans ce manuel, est noté le nom de « attraper la queue de l'oiseau ». Ce terme et nom était utiliser à l'époque où Yang Lu Chan commença à enseigner dans son village de Yung Nien. Dans une compilation ultérieur de Li I Yu, le nom de la posture est modifiée en « Lazily Arranging Clothes « « paresseux arrangement des vêtements » qui pourrait indiquer que cela date d'avant Chen Qing Ping ( Wang Yu Xiang voyagea pour trouver Chen Chang Xin et le village de Chen et au lieu de cela, il resta finalement au village de Zha Bao où il étudia avec Cheng Ching Ping). On peut noter que dans l'écrit manuel d'origine de Li I Yu (1867) dans sa « brève introduction au Tai Ji Quan » il écrit que le fondateur du Tai Ji Quan est Chang San Feng.. Mais dans un écrit manuel suivant (1881), il dément sa première déclaration en disant que le fondateur est inconnu. Cela réflète bien la confusion dans les sources qui existent sur le fait de savoir qui a fondé effectivement le Tai Ji Quan surtout après le décès de Yang Lu Chan et Wu Yu Xiang. Je me borne à étudier les écrits existants et qui peut-être un jour, nous trouveront une réponse valable. En attendant, contentons-nous de pratiquer avec patience et persévérance et je vous invite à consulter et à étudier les dix principes essentiels du Tai Ji Quan.

    « Comment Yang Lu Chan étudia-il le Taïji Quan ?Les dix principes essentiels du Taïji Quan »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :