•  

    Les bases pour pratiquer le Taïji Quan

     

    Bases et concepts

    Yang Cheng Fu & son disciple Yang Sau Chung

    1920-1930?

     

     Seule Condition pour pratiquer le Taï Ji Quan :  de 7 à 77 ans et plus et pouvoir

    Rester debout pendant 1h30.

     

    Déroulement (facultatif) d'un cours de base:

     

    1.  24 exercices taoïstes (+- 25 minutes) gymnastique douce pour détendre les tendons et articulations.
vous trouverez la description de ceux-ci dans les pages suivantes.

     

    2. Qi Gong: +-10 minutes. Régulation et circulation du Qi dans le corps (voir page suivante).

     

    3. Etude de la forme du style Yang:  (+- 1heure). Forme des 108 postures du style Yang. 
(Détail de la 1ère section de la forme en photos dans les pages suivantes et/ou dans le menu "Taïji Quan -Films".

     

    4. Nous évoluons dans l’espace dans les dix directions qui sont: NORD, SUD, EST, OUEST

     

    5. Les diagonales : NORD EST, SUD EST, SUD OUEST, NORD OUEST.

     

    6. Cela nous fait huit directions, Il en reste deux, d’après vous, quelles sont-elles? le haut et le bas bien sur. Le haut (Yang – le Ciel) pour avoir la tête droite sans tensions ou crispations, et le bas (Yin – relation à la terre) pour avoir les pieds enracinés au sol.


     

    7. Direction de début de la forme : NORD (Nord virtuel, il est inutile d’utiliser une boussole, prenez une ligne droite comme repère, cela peut être un mur, un chemin, des arbres, etc…).

     

    8. Position des pieds : pieds à écartements des épaules.

    Pour trouver votre écartement d'épaules entre les deux pieds: Il suffit de mettre les deux pieds en éventail à 45°, ensuite lever le talon droit, mettez le gros orteil droit au sol ensuite ramenez votre pied droit parallèle au sol, faites de même avec le pied gauche. Ensuite ajuster l’écartement pour que votre bassin soit stable. Les 2 pieds enracinés au sol.

     

    Bases et concepts

    N

    Wuji

     

    La forme que je vous propose d'étudier est celle enseignée par Me Chu King Hung, qui l'a lui-même héritée de ses maîtres, dont Me Yang Sau Chung, c'est celle que j’enseigne. On commence la forme en ouvrant le pied droit vers la droite face au Nord, et à écartement des épaules. 

     

    Vous avez maintenant les bases pour vous initier au Taï Ji Quan du style Yang.

    Ils n'y a pas de bons ou de mauvais Taiji, il existe d'autres styles (Chen, Wu, Li, etc...), attachez-vous à étudier un style de votre choix en sachant qu'il faut au minimum 20 ans pour en maîtriser un.

    Il est nécessaire de pratiquer le TaïJi Quan pendant au moins une période 3 mois à 6 mois, à raison de 1 ou 2 fois par semaine pour en ressentir les bienfaits.

     

    Maîtres mots du TaïJi Quan :

     

    "Ce n'est pas le but qui compte, c'est le chemin"

    Lao Tseu

     

    Détente, patience et persévérance.

    Vous trouverez dans mon blog, les lieux et horaires de mes cours et stages.

    Vous trouverez dans les pages suivantes d'autres concepts qui je l'espère vous aideront dans votre pratique quotidienne.

     

    Au plaisir de vous y rencontrer !

     

    Leonardo Bernardi

    Prof.de Taïji Quan & Qi Gong du style Yang

    Courriel: bernarditaichi7@gmail.com

     

    Bases et concepts

    Proverbe chinois: "Jamais trop vieux pour étudier"

    Calligraphie: Chen Dehong

     

     

    Bonne pratique à toutes et à tous !!!

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Les 10 principes essentiels de Yang Cheng Fu 

    énoncés par Yang Cheng Fu et écrit par Chen Weiming 

     

    Les 10 Principes essentiels de Yang Cheng Fu

    Yang Cheng Fu 1883-1936

     

     

     

    1. VIDE, VIVANTE, POUSSANT VERS LE HAUT ET ENERGIQUE (la tête)

     

    "Poussant vers le haut et énergique" signifie que la tête est suspendue par le haut et droite et que votre vitalité afflue vers le sommet. Pour ce faire, évitez l'utilisation de la force, sinon les tensions qui se manifestent au niveau de la nuque y affectent la libre circulation du Chi et du sang. Vous devez avoir une intention qui est vide, vivante, poussant vers le haut et énergique, sinon vous ne pourrez manifester votre vitalité.

     

    2. RENTRER LA POITRINE ET ARRONDISSEZ LE DOS 

     

    L'expression "rentrez la poitrine" signifie que la poitrine doit être légèrement concave, ce qui favorise la descente du Chi au champ de cinabre (Dan Tien). La poitrine ne doit pas être gonflée car ainsi le Chi serait bloqué dans la région thoracique, la partie supérieure du corps devenant lourde et la partie inférieure légère et les talons perdraient, ainsi, facilement leur adhérence au sol. "Allonger le dos" favorise l'accumulation du Chi dans le dos. Si vous êtes capable de rentrer la poitrine, alors vous serez naturellement capables d'allonger le dos, vous permettant ainsi de mobiliser une énergie, issue de la colonne vertébrale, à laquelle nul ne peut résister. 

     

    3. DETENDRE LA TAILLE

     

    La taille gouverne tout le corps. Lorsque  vous aurez appris à détendre la taille, alors seulement vos jambes pourront être fortes et la partie inférieure du corps pourra être stable. L'alternance du plein et du vide découle totalement de la rotation de la taille. D'où le dicton: La source de votre destinée réside dans les minces interstices de la taille"*. Chaque fois qu'un manque de force se manifeste dans votre forme, chercher la solution dans votre taille et dans vos jambes.

    * Dans l'optique chinoise, la taille semble désignée l'espace entre la deuxième et la troisième vertèbre lombaire (MingMen), plutôt que la région ceinturant le corps entre le bassin et la cage thoracique.

     

    4. DISTINGUER  LE PLEIN ET LE VIDE

     

    La première règle de l'Art du Tai Chi Chuan est de bien distinguer le plein et le vide. Si tout le poids du corps repose sur la jambe droite, on dit alors que la jambe droite est "pleine" et que la jambe gauche est "vide". De même, si tout le poids du corps repose sur la jambe gauche, on dit alors que la jambe gauche est pleine et que la jambe droite est "vide". C'est seulement lorsque vous pourrez bien distinguer le plein du vide que vos mouvements de rotation pourront être effectués avec légèreté, agilité et avec pratiquement aucun effort. Mais si ne pouvez distinguer le plein et le vide, alors vos déplacements seront lourds et maladroits, vous ne pourrez pas assumer une position stable et il sera facile, pour un adversaire, de vous contrôler. 

     

    5. DESCENDRE LES EPAULES ET LAISSER TOMBER LES COUDES

     

    Descendre les épaules implique que les épaules sont détendues, ouvertes et qu'elles descendent librement vers le bas. Si vous ne pouvez pas détendre suffisamment vos épaules pour qu'elles descendent, celles-ci montent, tout comme le Chi, et tout le corps se trouve sans force. Laisser tomber les coudes signifie que les coudes se relâchent vers le bas. Si vous levez les coudes, alors vous ne pouvez descendre les épaules. Et vous ne pourrez pousser personne bien loin ainsi. Vous vous trouvez alors en présence d'une énergie "sectionnée" propre aux arts martiaux externes. Dans les arts martiaux externes, tels que le Shaolin, on enseigne à utiliser l'énergie de parties ou de sections du corps, par opposition à l'énergie "globale de tout le corps" préconisée par le Tai Chi Chuan.

     

    6. UTILISER L'INTENTION ET NON LA FORCE.

     

    On peut lire dans les classiques du tai chi; "C'est une affaire d'intention et non de force". Lorsque vous pratiquez le Taijiquan, favorisez la détente et l'expansion de tout le corps. N'utilisez pas la moindre parcelle de force brute qui engendrerait une obturation au niveau musculo-squelettique ou circulatoire qui vous restreindra ou vous inhibera vous mêmes. Alors seulement vous serez en mesure d'effectuer des changements et des transformations avec légèreté et agilité et des rotations de façon naturelle. Certains s'interrogent: si on n'utilise pas de force, comment peut-on générer de la force? Le réseau de méridiens d'acupuncture qui parcourent le corps sont comme des cours d'eau à la surface de la terre. Si ces cours d'eau ne sont pas bloqués, l'eau circule. Si les méridiens ne sont pas obstrués, le Chi circule. Si vous bougez avec force et raideur, l'énergie dans les méridiens est stagnante, le Chi et le sang sont obstrués, les mouvements ne peuvent être agiles; tout ce qu'on a à faire, c'est de vous montrer le chemin et tout le corps suivra. Si vous utiliser l'intention et non la force, là où va votre intention va, le chi va. Ainsi, parce que le Chi et le sang coulent, circulant quotidiennement au travers de tout le corps, sans jamais stagner – avec beaucoup de pratique, vous développerez la véritable force interne. Un réel adepte du Tai JI Quan semble avoir des bras de fer recouverts de soie, immensément lourds. Celui qui pratique les arts externes semble très puissant lorsqu'il utilise la force. Mais lorsqu'il n'utilise pas la force, il est très léger et flotte. C'est ainsi que nous pouvons nous rendre compte que sa force est effectivement externe, ou superficielle. La force d'un pratiquant d'arts martiaux externes est particulièrement facile à contrôler et à dévier, elle n'a donc pas de grande valeur.

     

    7. SYNCHRONISER LA PARTIE SUPERIEURE ET INFERIEURE DU CORPS.

     

    Dans les classiques du Tai Chi "Synchroniser la partie supérieure et inférieure du corps" est exprimée de la façon suivante: "Avec les racines dans les pieds, lancé par les jambes, dirigé par la taille, se manifestant dans les mains et les doigts – des pieds, aux jambes, à la taille – complétez chaque mouvement en une seule impulsion**". Lorsque les mains bougent, la taille bouge et les jambes bougent, et le regard les accompagnent. Alors seulement peut-on dire que le haut et le bas du corps sont synchronisés. Si une partie ne bouge pas, elle n'est dons pas synchronisée avec le reste.

    **Littéralement: "Chi". On pourrait également le traduire par un seul "souffle".

     

    8. HARMONISEZ L'INTERIEUR ET L'EXTERIEUR.

     

    Ce que l'on pratique en Taiji dépend de l'esprit, d'où le dicton "L'esprit est le général, et le corps constitue ses troupes". Si vous pouvez mobiliser votre esprit, vos mouvements seront naturellement légers et agiles, la forme ne sera rien de plus qu'une alternance de vide et de plein, d'ouverture et de fermeture/ "Ouvert" ne signifie pas seulement ouvrir les bras et les jambes; l'intention mentale doit s'ouvrir parallèlement aux membres. "Fermer" ne signifie pas seulement fermer les bras et les jambes; l'intention mentale doit se fermer parallèlement aux membres. Si l'intérieur et l'extérieur s'unissent en une seule impulsion**, ils deviennent un tout indissociable.

     

    9. CONTINUELLE ET SANS INTERRUPTION (LA PRATIQUE).

     

    La force, dans les arts martiaux externes, est une sorte de force acquise, brute, donc elle a un début et une fin, un temps où elle se déroule et un temps où elle s'interrompt, de sorte que lorsque la vieille force est épuisée, la nouvelle force ne s'est pas encore amorcée, ce qui constitue un moment où il est extrêmement facile d'être subjugué par un adversaire. En Tai Ji, on préconise l'intention et non la force  et, du début à la fin, de façon douce et continue, on complète un cycle en revenant au point de départ, les mouvements circulaires s'enchaînent de façon ininterrompue. C'est ce à quoi les Classiques du Taiji font référence dans: "Comme le fleuve Yangtse ou le fleuve jaune, qui coulent continuellement et sans cesse". Ou encore" Déployer la force, c'est comme tirer le fil de soie du cocon". Ces deux citations se réfèrent à la nécessité de tout relier en une seule impulsion".

     

    10. CHERCHER LA QUIETUDE DANS LE MOUVEMENT.

     

    Les pratiquants d'arts martiaux externes valorisent l'habileté de bondir et de s'immobiliser et ils recommencent jusqu'à ce que leur souffle (Chi) et leur force soient épuisés et ils terminent leur pratique à bout de souffle. En Tai Ji, on favorise la quiétude pour vaincre le mouvement, et même dans le mouvement, il y a de la quiétude. Ainsi, lorsque vous pratiquez la forme, plus c'est lent, mieux c'est! Lorsque vous pratiquez lentement, votre respiration devient profonde et longue, le Chi descend au champ de Cynabre (Dan Tien) et naturellement, il n'y a pas de contraction ou d'expansions nuisibles des vaisseaux sanguins. Si l'étudiant s'applique soigneusement, il peut espérer percer le sens de ces mots.

     

    Relisez périodiquement les 10 principes essentiels de Yang Chen Fu, ils vous aideront dans votre pratique.

     

     

     

    Voici ci-dessous une variante des 10 principes provenant de la traduction du livre en anglais

    Yang Family Secret transmissions - Douglas Wile (voir bibliographie)

    Traduction du Tai Chi touchstones - Yang Family Secret transmissions

    Les dix points importants du Tai Chi Chuan

    transmission orale de Yang Cheng Fu relatée par Chen Wei Ming

     

     

    Page 11 Chapitre 1

    L'énergie au sommet de la tête devra être légère et sensible

    L'énergie au sommet de la tête signifie que la tête doit être portée droite pour que l'esprit shen arrive à son

    sommet. Aucune force ne doit être utilisée. Si on utilise la force alors l'arrière du cou sera raide et le chi et

    leÇsang ne pourront circuler. On devrait avoir un sentiment de légèreté naturelle au sommet de la tête.

    Sans cette énergie légère et subtile, l'esprit ne peut s'élever.

     

     

    Page 11 Chapitre 2

    Fondre la poitrine et redresser le dos

    Le relâchement de la poitrine signifie une légère détente de la poitrine qui laisse le chi redescendre dans

    le tantien. Le gonflement de la poitrine aurait pour cause de retenir le chi dans la poitrine donnant

    lourdeur dans le haut d u corps. Et ceci tend à amener du flottement dans la plante des pieds.

    Redresser le dos signifie que le chi colle dans le dos. Si on est capable de fondre la poitrine alors le dos

    s'élève naturellement. Si on est capable d'étirer le dos alors la force viendra du dos et on pourra surmonter

    n'importe quel adversaire .

     

     

    Page 11 Chapitre 3

    Relâcher la taille

    La taille est le régulateur, le maître du corps. Si la taille est relâchée alors les pieds auront de la puissance

    et nos fondations seront stables. Le changement du vide en plein vient de la rotation de la taille. Aussi il

    est dit que la taille est la zone la plus vitale. Si nous manquons de puissance la cause est à chercher dans

    la taille.

     

     

    Page 11 Chapitre 4

    Distinguer vide et plein

    Faire la distinction entre le vide et le plein est le premier principe en tai chi chuan. Si le poids du corps est

    positionné sur la jambe droite, alors la jambe droite est pleine et la jambe gauche est vide. Et

    réciproquement.

    C'est seulement après avoir fait la distinction entre vide et plein que nos mouvements de rotation seront

    légers, agiles et sans effort. Si nous ne sommes pas capables de réaliser cette distinction, alors nos pas

    seront lourds et raides. Notre posture sera instable et aisément mise en déséquilibre.

     

     

    Page 12 Chapitre 5

    Descendre les épaules et laisser tomber les coudes

    Laisser descendre les épaules signifie qu'elles soient capables de se relâcher et de pendre vers le bas. Si

    elles ne sont pas capables de se relâcher et de pendre vers le bas et si les épaules s'élèvent alors le chi

    s'élève avec elles et le corps tout entier sera sans puissance.

    Laisser tomber les coudes signifie que les coudes soient relâchés et tombent vers le bas. Si les coudes sont

    tirés vers le haut alors les épaules ne peuvent pas glisser vers le bas. Alors nous ne serons pas capables de

    pousser notre adversaire très loin et nous commettrons l'erreur de briser l'énergie comme avec le système

    externe.

     

     

    Page 12 Chapitre 6

    Utiliser l'esprit et non la force

    C'est indiqué dans le traité sur le tai chi chuan cela signifie que nous devons faire confiance à notre esprit

    et non à notre force. En pratiquant le tai chi chuan tout le corps doit être relâché. Si nous pouvons

    éliminer la plus légère maladresse qui crée des blocages dans nos tendons, nos os, nos vaisseaux sanguins

    et réduit notre liberté alors nos mouvements seront légers, agiles, circulaires et spontanés. Certains se

    demandent comment on peut être fort sans utiliser la force. Les méridiens de notre corps sont comme des

    voies d'eau sur la terre. Quand les voies d'eau sont ouvertes alors l'eau coule librement; quand les

    méridiens sont ouverts alors le chi circule au travers. Si des raideurs bloquent les méridiens alors les chi et

    le sang seront embarrassés et nos mouvements ne seront pas agiles, et si on tire un seul de nos poils tout

    notre corps en sera secoué. Si au contraire nous n'utilisons pas la force mais l'esprit, alors là où ira l'esprit

    le chi suivra.

    De cette façon si le chi circule librement, pénétrant quotidiennement et sans interruption tous les passages

    de la totalité du corps alors, après une longue pratique vous aurez accompli la véritable puissance interne.

    Ceci signifie ce que le traité sur le tai chi chuan nomme : seulement de la douceur la plus élevée vient la

    fermeté.

    Les bras de ceux qui maîtrisent le tai chi chuan sont comme du fer caché dans du coton et sont

    extrêmement lourds. Quand ceux qui pratiquent un système externe utilisent la force cela se voit, mais

    quand ils ont la force et ne l'applique pas ils sont légers et flottants. Il est évident que leur force est

    externe, une sorte d'énergie superficielle. La force des pratiquants externes est facilement manipulable et

    n'est pas digne d' éloge.

     

     

    Page 13 chapitre 7

    Unité entre le haut et le bas du corps

    L'unité entre le haut et le bas du corps est ce que signifie le traité sur le tai chi chuan par : la racine est

    dans les pieds, transmise au travers des jambes, contrôlée par la taille et exprimée dans les mains. Depuis

    les pieds, aux jambes, à la taille c'est un circuit continu de chi. Quand les mains, la taille et les pieds

    bougent l'esprit shen des yeux bouge à l'unisson. Alors ceci peut s'appeler l'unité entre le haut et le bas du

    corps. Si la moindre partie du corps n'est pas synchronisée alors il y aura confusion.

     

     

    Page 13 chapitre 8

    De l'unité entre interne et externe

    C'est ce que le tai chi chuan fait émerger dans l'esprit. Donc il est dit: L'esprit dirige et le corps est à ses

    ordres.

    Si nous élevons l'esprit, alors nos mouvements seront naturellement légers et souples. Nos postures ne

    sont pas autres que pleines ou vides, ouvertes ou fermées. Ce que nous voulons dire par ouverture n'est

    pas seulement limité aux mains et au pieds mais nous devons avoir la même image d'ouverture dans notre

    esprit. Ce que nous voulons dire aussi par fermeture n'est pas seulement limité aux mains et au pieds mais

    nous devons avoir la même image de fermeture dans notre esprit. Quand l'interne et l'externe sont unifiés

    en un seul chi, alors il n'y a aucune rupture.

     

     

    Page 13 chapitre 9

    De la continuité sans rupture

    La puissance des pratiquants externe est par nature maladroite. Ainsi nous la voyons commencer et finir,

    continuer et se rompre. La « vieille puissance » s'épuise avant que la « jeune » n'arrive. A ce niveau on est

    aisément défait par n'importe qui. Dans le tai chi chuan nous utilisons l'esprit et non la force. Du début à

    la fin il n'y a aucune rupture. Tout est plein, continu, rond et sans fin. C'est ce que les classiques du tai chi

    chuan nomme par comme un grand fleuve sans fin ou mouvoir l'énergie comme dérouler le fil de soie du

    cocon. Tout ceci exprime l'idée d'unité en un seul chi.

     

     

    Page 14 chapitre 10

    Recherche de l'immobilité dans le mouvement

    Les pratiquants externes considèrent les sauts et les accroupissements comme une compétence. Ils

    épuisent leur chi et en conséquence après leur pratique ils sont essoufflés. Les pratiquants du tai chi chuan

    utilisent la tranquillité pour parer. Même quand nous bougeons nous restons calmes. Pour pratiquer, la

    lenteur est la meilleure attitude. En ralentissant, la respiration devient lente et profonde, le chi peut

    descendre jusqu'au tan tien et on peut naturellement éviter l'effet nocif de l'accélération du pouls.

    Les étudiants qui considèrent ceci soigneusement pourront en saisir la signification.

     

    Bonne pratique à toutes et tous!!!

    L. Bernardi

     

     


    votre commentaire

  • Liste des 24 exercices Taoïstes proposés par Me Chu King Hung ©

     commentés par Leonardo Bernardi 


    Les exercices taoïstes de Me Chu King Hung

    Exercices taoïstes - Le Singe d'Or offre ses fruits -  Stage Woluwe St Pierre - Novembre 2006

     

    1. YIN YANG DU TAI CHI : pieds parallèles à écartement des épaules, poignets fléchis, doigts vers l’avant. Les bras montent et descendent, en pliant les genoux qui suivent souplement le mouvement.


    Les exercices taoïstes de Me Chu King Hung

    Les exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King Hung

     

      

    2. LES BRAS S'OUVRENT ET SE CROISENT : pieds parallèles à écartement des épaules, mains et poignets croisées à hauteur de la poitrine, les mains s'ouvrent et se referment en passant d’une jambe à l’autre. Relâchez vos épaules.

     

    Les exercices taoïstes de Me Chu King Hung

    Les exercices taoïstes de Me Chu King Hung 


    3. LES VAGUES DE LA MER : pieds parallèles à écartement des épaules, un bras, haut, qui touche l'oreille, doigts vers l'arrière,  l'autre main, basse à hauteur de la hanche, doigts vers l'avant, paume vers le ciel. Tournez d'abord les mains. Montez et descendez les deux mains en les synchronisant pour qu'elles se croisent au milieu du corps et reviennent en même temps l'une en haut et l'autre en bas. Inverser ensuite, les poignets impriment un mouvement spiralaire. Passez d'une jambe à l'autre.


    Les exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King Hung

     

     

    4. LES AILES TOURNENT A GAUCHE ET A DROITE : pieds parallèles à écartement des épaules, pliez légèrement les genoux,  mettez le poids sur la jambe à droite pivoter la taille à droite en levant le talon gauche, en arrondissant les bras, les poignets relâchés, les mains (paumes) légèrement vers l’extérieur, le bras droit allant plus haut que le bras gauche.
Bien mettre sur la jambe portante et basculer le bassin. Même chose à gauche. Relâchez vos épaules.


    Les exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King Hung



    5. LA  ROUE TOURNE : pieds parallèles à écartement des épaules, jambes tendues. Montez les bras vers le haut, doigts vers l'avant. Descendre les mains (paumes) et les bras le long de l'avant du corps lentement en longeant les jambes jusqu'au sol en inspirant (sans forcer): remonter d’abord les mains puis le tronc en expirant, les mains reviennent au-dessus de la tête, doigts vers l'avant, les doigts vers l'avant.


    Les exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King Hung

                                    Inspirez en descendant                                     Expirez en remontant



    6. LE RHINOCEROS REGARDE LA LUNE : pieds parallèles à écartement des épaules paume vers le sol ; descendre les mains croisées, au niveau des genoux en gardant les jambes tendues et en inspirant, tourner la taille à gauche; se relever longeant avec les mains, la jambe, accrocher les côtes flottantes puis expirez en regardant vers le ciel, bien mettre le poids sur la jambe arrière; idem à droite, ne pas casser la nuque.
Regardez simplement vers le haut.


    Les exercices taoïstes de Me Chu King Hung

    Les exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King Hung                Inspirez                                                                                                                                        Inspirez                                                                                                                                       Expirez



    7. LE SINGE D'OR OFFRE SES FRUITS : pied à 45° grand écart. Bien plier les genoux. mains jointes à hauteur du Dan Tien. Inclinez-vous et plongez les mains jointes, doigts vers l'arrière, entre les jambes en inspirant et revenir en ouvrant les mains et bras à hauteur des épaules légèrement vers l'arrière sans forcer, en expirant. Avancer légèrement le bassin. Ne pas casser la nuque.
Regardez simplement vers le haut.


    Les exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King Hung

                                                                                                                                                       Inspirez...........................................................................................................................Expirez en revenant


    8. LA TORTUE SORT SA TÊTE : pieds parallèles à écartement des épaules, plier et garder les genoux pliés pendant tout l’exercice. Coudes et avant-bras à l'horizontale devant le ventre, avancer en même temps, les doigts et mains plates et les bras vers l'avant et tirer le bassin vers l’arrière en inspirant. Regarder devant vous  sans casser la nuque. Revenir en expirant.


    Les exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King Hung

                                                                                                                      Inspirez......................................................................           Expirez en revenant

     

      

    9. LA MAIN DU PAKUA (LA TASSE DE THE) : pieds parallèles à écartement des épaules, main gauche sous la droite, inclinez-vous vers le bas en inspirant lentement, plat de la main, sur le sacrum, dans le dos, la main droite longe la hanche, relevez-vous immédiatement en gardant le coude plié, la main (paume vers le ciel) passe devant vous, ensuite fais un cercle au dessus de la tête, paume vers le ciel en s’inclinant légèrement vers l’arrière, dès que vous voyez votre main apparaître suivez-là la du regard. Ensuite inverser. 
Même chose avec la main gauche.


    Les exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King Hung

                                     Inspirez lentement.................................................................................................................................................................................................................. Expirez et main droite sous main gauche


    10. TETE DE DRAGON ET QUEUE DE PHOENIX : :
Pieds joints, Mains et poignets fléchis. Étendre les bras vers le haut, plier la jambe portante, l’autre jambe tendue vers l'arrière. Le corps forme une flèche vers le haut . Poussez vos poignets vers le haut en poussant votre talon vers l’arrière et en tirant les orteils vers soi., se pencher vers l’avant à 45°. Ensuite inverser. Respirez normalement.


    Les exercices taoïstes de Me Chu King Hung

     


    11. LE PUISSANT ROI  S'APPUIE SUR LA HANCHE : pieds parallèles à écartement des épaules, poignet dans le creux de la taille, doigts vers le bas, l'autre main, entre le coude et la tête. La main ne dépasse pas la tête. Inclinez le buste et la hanche d’un côté puis de l’autre. Comptez Un, deux, trois (parce que l'on fait pression sur les poumons, c'est pour expirer l'air de ceux-ci). Ensuite inverser le bras.


    Les exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King Hung



    12. LE ROI CELESTE SOULEVE LA PAGODE : écarter les jambes, pieds à 45°. Plier les genoux, relâchez le bas du dos, bascule du bassin. Bras à hauteur des épaules. Descendre les poignets et mains, paumes vers le sol en restant bien vertical en pliant les genoux. L’intérieur des poignets touche les genoux. Tournez ensuite les paumes vers le ciel et remontez en gardant les genoux pliés sans tendre les jambes. Monter et descendre en pliant et dépliant les genoux. Respirez normalement.


    Les exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King Hung



    13. L'AIGLE SE RETOURNE EN VOL : pieds parallèles à écartement des épaules. Relâchez bien vos épaules avant de pivoter. Bras tendus, mains (paumes vers l'extérieur), doigts vers le ciel . Mettez d'abord le poids sur la jambe droite, pivoter le corps vers la droite en inspirant, ensuite pousser les 2 paumes en opposition, regardez la main qui part derrière vous et revenez devant en expirant. Ensuite inversez, poids sur la jambe gauche d'abord.


    Les exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King Hung

                                                                                   Poids à gauche                                 Inspirez                                Expirez en revenant



    14. GRANDES ET PETITES ETOILES : pieds joints, mains aux hanches. Sautez sur la pointe des pieds, en écartant les pieds et les jambes sur les côtés, bras au-dessus de la tête. Retour. Respirez normalement.


    Les exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King Hung

    Sautez sur la pointe des pieds en écartant les jambes


    15. MAINS ET PIEDS SE REJOIGNENT : pieds joints : mains à hauteur des épaules. Avant : toucher avec le pied droit, la main droite ensuite avec le pied gauche, la main gauche. Ensuite latéralement à droite et gauche. Idem.
Sans forcer et sans descendre les mains si possible. Ne pas tourner la tête. Ne surtout pas forcer ce mouvement. Respirez normalement.


    Les exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King Hung

    Les exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King Hung



    16. EXPIRER L'ANCIEN ET INSPIRER l'AIR FRAIS : pieds joints, Mains zazen (paumes au Dantien vers le ciel). Inspirer / expirer lentement. Les talons se soulèvent à l'inspiration et redescendent à l'expiration. Coordonnez votre respiration en montant et descendant.

    1: montez les mains à hauteur des poumons en montant sur la plante des pieds, relâchez vos épaules. Redescendez les mains, paumes vers le sol en expirant et en revenant sur les talons doucement.

    2. montez les mains à hauteur des poumons, expirez en écartant les mains, paumes vers l'extérieur comme si on ouvrait une porte vers l'avant. Redescendez les mains, paumes vers le sol en expirant et en revenant sur les talons doucement.

     

    3. Montez mains vers le haut sur la plante des pieds en inspirant, paumes vers le ciel, écartez les bras comme si ouvrait le ciel et redescendez en expirant.

                                                                                       

    Les exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King Hung

                                           Pieds joints                       1. Mains au Dantien                     Inspirez en montant                Expirez en descendant             2. inspirez en montant                 Expirez en descendant

    Les exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King Hung 

                                                                                                                                     3. Inspirez en montant                                       Expirez en descendant

     

                                                                                                      

     17. LA GRUE DOREE SORT SES GRIFFES : Pieds joints :
1. Rassembler les doigts autour du pouce (fouet), d’abord ramener les doigts vers soi, poignets et coudes joints. 2.
Tourner les poignets vers l’intérieur, coudes joints,  3. Doigts vers l'avant en gardant les coudes joints. Monter les mains au-dessus de la tête en montant sur la pointe des pieds. La grue sort ses griffes. 4. Ouvrir les doigts, laisser tomber les bras en ramenant le poids du corps doucement sur les talons.
Respirez normalement.


    Les exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King Hung



    18. LES DEUX PAPILLONS VOLENT PAR PAIRES : pieds à écartement des épaules, jambes tendues mais relâchées. Une main à hauteur de la hanche, doigts vers l’avant, l’autre main, doigts vers l’arrière, paume vers le ciel, le bras touche à chaque fois l’oreille. Tourner d’abord les 2 mains et ensuite échanger la hauteur des mains ; l’une descend et l’autre monte. Synchroniser les mains pour qu'elles se croisent au centre, et arrivent l'une en haut et l'autre en bas en même temps. Inverser ensuite les mains. Respirez normalement.


    Les exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King Hung

     

     

    19. LE RHINOCEROS BOIT DE L'EAU : pied droit à 45°, poids dessus, pied gauche sur la même ligne, talon au sol, orteils levés, poids sur la jambe arrière, se laisser aller (sans intention et sans forcer, tête vers le bas à partir de la hanche en inspirant et sans forcer et remonter à la verticale en expirant, Ensuite changer de pied. Gardez bien le centre du corps devant. Lorsque la tête arrive en bas pas avant, lâcher la nuque vers le bas. Ne pas pousser.


    Les exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King Hung



    20. PARTAGE A EGALITE : pieds parallèles à écartement des épaules (relâchées) : les doigts se font faces, paumes vers le sol, à hauteur de la poitrine, les doigts se touchent. Mettre le poids d’un côté ensuite pivoter le corps en poussant les doigts vers l’avant en inspirant, on regarde la main derrière soi, les bras restent à la même hauteur. Revenir au milieu en expirant. Ensuite inverser, poids à gauche, etc...


    Les exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King Hung

                                                                                              Inspirez....................................................................          Expirez en revenant



    21. L'ENFANT PRIE KWAN-IN : Sur la jambe gauche, plié le genou, placez la cheville droite sur l'os du genou gauche. Montez les mains jointes hautes au-dessus de la tête. Descendre lentement les mains jointes à hauteur du nombril. Plier la jambe portante gauche, Imaginez que vous avez un axe virtuel qui part du sommet du crâne et qui descend jusque dans votre talon.
Montez et descendez en pliant et dépliant le genou gauche sans tendre la jambe gauche. Ensuite inverser. Le tout c'est d'essayer même si vous perdez l'équilibre, patience et persévérance et vous y arriverez sans sans soucis. Respirez normalement.


    Les exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King Hung



    22. SAUTER EN DOUBLE FOUET : pieds parallèles à écartement des épaules, mettre le pied droit à 45°, pied gauche à écartement d'épaules, un pas en avant, poids dessus. Sauter d'un pied à l’autre, d’abord sur les orteils, ensuite le talon revient directement au sol, souplement en gardant le centre du corps vers le Nord. Les deux bras et les mains en fouet, à la même hauteur, font des diagonales à hauteur des épaules. Respirez normalement.


    Les exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King Hung



    23. LES FLEURS D'OR TOMBENT : Pieds joints ouverts à 45° : plier 3 fois le genou de la jambe portante, l’autre pied frappe 3 fois vers l’avant pendant que les mains descendent et montent souplement en relâchent les bras devant soi, la jambe suit souplement aussi. Ensuite inverser. Respirez normalement.


    Les exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King HungLes exercices taoïstes de Me Chu King Hung



    24. FERMER LES YEUX PR DETENDRE LE CORPS ET CALMER L'ESPRIT : pieds parallèles à écartements des épaules, ne pas plier, ni verrouiller les genoux, la main droite posée sur la main gauche à hauteur du DanTien (centre énergétique: 3/4 cm sous le nombril), les pouces se touchent et sont dirigés vers l’avant. La tête est droite sans forcer. Ouvrir les coudes vers l'avant sans forcer. Bien s’enraciner au sol, laissez descendre tout le poids lourd du corps vers le bas et relâcher les épaules. Fermer les yeux pendant 3 à 5 minutes. On respire normalement. Si vous avez des difficultés à rester debout avec les yeux fermés, faites le assis sur le bord d'une chose avec le dos bien droit. A pratiquer le matin et le soir, 5 minutes max. Essayez cela fait un bien fou.


    Les exercices taoïstes de Me Chu King Hung


    Les exercices taoïstes de Me Chu King Hung

    Méditation immobile debout - Stage Sippenaeken - Août 2011

     

    Nb: Chaques exercices doivent être pratiqués au minimum 8 fois ou plus, dans la détente sans trop de force musculaire, ce n'est pas du stretching.

    Respirez profondément sans forcer et expirer normalement en silence. Relâchez toujours bien vos épaules et quoique non dangereux, étudiez-les avec un professeur compétent. Je décline toute responsabilité en cas d'accident ou pour tous dommages corporels.


     

    BONNE PRATIQUE à TOUTES ET TOUS

    L. Bernardi © 



    votre commentaire
  •  

    Les 6 positions de Qi Gong proposées par Me Chu King Hung

    Vous trouverez d'autres types de Qi Gong dans la rubrique "Qi Gong - Style Yang" 

     

     

    Les 6 positions de Qi Gong de Me Chu King Hung 

    Me Chu King Hung - Qi Gong - 2ème position

     

     

    LQi Gong ou chi-kung, fait partie de l'ensemble des arts martiaux chinois internes. Vieux de plusieurs milliers d'années (4/5000 ans), ces exercices énergétiques chinois sont généralement pratiqués dans le but d'améliorer et de maintenir la santé et la longévité. Ces exercices travaillent à la fois la respiration, l'étirement des muscles et tendons, l'équilibre et bien plus encore. Le Qi Gong peut être pratiqué jusqu'à un âge assez avancé.

    Chi ou Qi: signifie énergie vitale en chinois. C'est l'énergie vitale qui circule à l'intérieur de chaque individu.

    C'est la même énergie qui se cache derrière toute chose autour de nous dans la vie: dans l'air, dans le cosmos, dans l'univers, bref, dans tout ce qui nous entoure. Scientifiquement, nous pourrions dire que c'est l'ensemble des particules électriques et atomiques, cellulaires, qui nous entourent. Donc, l'air ambiant est rempli d'énergie, de Qi.

    Ce Qi peut être stimulé entre autres soit par l'acupuncture, des massages ou bien par les exercices de Qi Gong. Ces exercices peuvent être pratiqués soit debout, assis ou même couché.

    Gong: signifie travail ou discipline en chinois. Travail dans le sens de produire un résultat, un effet, un accomplissement suite à une étude intensive, un long processus, une pratique régulière, bref, un travail acharné sur une longue période de temps.

    On peut diviser l’histoire du Qi Gong ou Chi-kung en quatre périodes. Ils n’existent que peu d’informations sur  la première période que l’on peut situer à l’apparition du Yi Jing ou livre des mutations ou des transformations peu avant 1122 av.J.-C ., elle se prolongera jusqu’à la Dynastie Han (206 av. J.-C.) à cette époque le bouddhisme et ses pratiques de méditation furent importées d’Inde. Cet apport marque la deuxième période relative aux pratiques et à la méditation du Chi-kung, l’ère religieuse du Chi-Kung, elle se prolongera jusqu’à la Dynastie Liang (502-557), c’est alors que l’on découvrit que le Chi-kung pouvait être utilisé dans les pratiques martiales. 

    De nombreuses styles de Chi-Kung ont été crées à partir de théories et principes des chi-kung bouddhiste et taoïstes. Cette période s’étendit jusqu’au renversement de la Dynastie Qing en 1911, année ou débuta une nouvelle période où se sont mélées les pratiques de chi-kung qui provenaient d’Inde, du Japon et de nombres d’autres pays.

    Le Yi-Jing (Livres des mutations ou transformations) est probablement le premier livre à traiter du Chi. Il introduit le concept des Trois énergies ou puissances naturelles Tian (le ciel) Di (la terre) et Ren (l’homme). L’étude des corrélations entre ces trois énergies a été la première étape dans le développement du chi-kung. 


    Concept de base du chi-kung : Jin, Chi, Shen ou San Bao «  Les trois trésors »

     

    Ces termes spécialisés sont utilisés par les pratiquants de Chi-kung. Ceux sont transmis de génération en génération. Des mot-clés pour saisir les concepts de base du chi-kung. Il est important d’en comprendre le sens.

    La compréhension du Jing « l‘essence », du chi »l’énergie interne, et du Shen «  l’esprit «   sont essentielles pour un entraînement efficace. Ce sont les racines de notre vie et de la pratique du Chi-kung. Ces trois termes sont appelés SAN BAO « Les trois trésors » ou SAN YUAN « Les trois origines » ou SAN BEN « Les trois fondations ».

    En pratiquant, nous apprenons à « renforcer notre Jing (Gu Jing ) qui signifie, renforcer, consolider, retenir et conserver et à le transformer en Chi. On appelle cela Lian Jing Hua Qi « raffiner le Jing et le convertir en Chi ».

    Ensuite, on apprend à diriger le Chi vers la tête pour le convertir en Shen ou nourrir le Shen. Pour terminer, on apprend à utiliser son Shen pour maîtriser la partie émotionnelle de sa personnalité. On appelle cela Lian Shen Lia Xing »raffiner le Shen pour se libérer de la nature (émotionnelle) humaine.

    Tout ces processus de conversion nous permettent d’acquérir et de conserver la santé et la longévité. Accordons donc à ces trois termes notre sérieuse attention lors de notre entraînement. En respectant ceux-ci, on demeurera en bonne santé, forts et sains. Si on néglige ceux-ci, on permet aux maladies de s’installer. Ayons dans l’esprit que ces trois termes possèdent leurs propres racines et on se doit de les connaître.

     

    L’attitude mentale dans la pratique du Chi-kung consiste à :


    TRES IMPORTANT:

    a être présent à ce que l'on fait, l'esprit calme, ne pas s'occuper de ce que fait un(e) autre pratiquant.


    A concentrer le chi dans le Dan tien pour employer cette énergie pour soigner son corps.

    Pour nous aider dans la self-défense, à se déplacer facilement et souplement.

    Pour soigner d’autres personnes.

    Mettre le corps dans une position naturelle pour que le chi circule aisément sans entraves.

    Pour ouvrir et équilibrer les 12 méridiens qui sont régulièrement bloqués par une mauvaise oxygénation de nos cellules, une mauvaise alimentation et d'inutiles pensées négatives.

    Pour équilibrer le Yin trop faible et/ou le Yang trop fort. Renforcer les organes internes et leurs méridiens associés.


    Vous trouverez ci-dessous les 6 exercices de Qi-Gong proposés dans l’enseignement de Me Chu King Hung.

    Les 6 exercices de Qi-Gong – Pour apprendre à se détendre, travailler, réguler et augmenter et fluidifier la circulation de l'énergie interne (Qi) Attention: quoique non dangereux, ils peuvent être contraignants au début, aussi patience, il est préférable de pratiquer ces exercices après 3 à 6 mois de pratique du Tai Chi Chuan. Ils ne sont en aucune manière imposés.


    Expérimentez le Qi Gong et bonne pratique et n’oubliez pas, faites-vous assister au début par un professeur compétent pour ces exercices. Bonne pratique à toutes et à tous

    Avertissement :

    Je décline toute responsabilité pour tous dommages corporels, causés par la lecture et suite à la pratique de ces exercices.

    L. Bernardi



    Les 6 positions de Qi Gong



    Position de profil (1er exercice)


    Les 6 positions de Qi Gong de Me Chu King Hung


    Posez-vous bien et pliez les genoux à votre guise

    sans toutefois dépasser les orteils avec vos genoux, lestez votre coccyx vers le bas,

    ne crispez pas les muscles abdominaux ainsi que les orteils et relâchez vos épaules. Passez d'un talon à l'autre lentement. Respirez normalement.



    1ère position (de face)


    Les 6 positions de Qi Gong de Me Chu King Hung

     

    Pieds à écartements des épaules, pliez les 2 genoux, reins en arrière, lestez le coccyx ensuite levez les mains (paume vers soi, tranchants vers le sol, pouces vers le ciel, en formant un cercle (imaginez-vous tenant un ballon de plage) devant vous, ceci avec les mains au dessus des yeux, détendez et relâchez les épaules vers l’avant et sur les côtés. Passez d’une jambe et d’un talon à l’autre ; La tête est bien droite (menton légèrement rentré), le regard ouvert devant soi sans fixation devant soi. Se détendre et enracinez les talons dans le sol et imaginez qu’un fil vous tire la tête vers le ciel à partir de la fontanelle située sur le haut du crâne.

     


    2ème Position 

     

    Les 6 positions de Qi Gong de Me Chu King Hung

    Dans la même position, descendre les 2 mains à hauteur des reins en gardant les coudes ouverts et relâchés. Passez toujours d’une jambe à l’autre. Relâchez vos épaules.



    3ème Position 


    Les 6 positions de Qi Gong de Me Chu King Hung

    Gardez la même position, en rapprochant les mains vers soi, tournez la paume des mains vers l’extérieur (tranchants vers le ciel), les doigts toujours au dessus des yeux et gardez les coudes bien ouverts. Détendre les épaules. Idem que les positions 1 et 2. 



    4ème Position


    Les 6 positions de Qi Gong de Me Chu King Hung

    Gardez la même position des jambes, descendre simplement les mains, tranchants des mains vers l'extérieur et à hauteur des reins, les coudes ouverts en formant un cercle vers l'extérieur. 

     


    5ème Position

     

    Les 6 positions de Qi Gong de Me Chu King Hung

    Gardez la même position des jambes, relevez les mains à hauteur des épaules, les coudes formant un cercle , les mains et tranchants sont perpendiculaires au sol, les doigts vers l’avant (tranchants vers l' avant) comme s’ils se rejoignaient sur un point fixe (à 3 mètres) devant vous. Détendre les épaules et passez doucement d’une jambe à l’autre.



    6ème Position

     

    Les 6 positions de Qi Gong de Me Chu King Hung

    Descendre les mains (paumes vers le sol – à hauteur du coeur) à plat devant soi, le pouce et le petit doigt descendent légèrement, comme si l’on tenait une grosse balle sous chaque main.


    Fin des 6 positions


    Conseils


    Chacun des 2 exercices (1,2 & 3,4  & 5,6) de Qi-Gong sont éxécutés par paires et dans l’ordre et durant 5 minutes chacun au départ et ensuite on peut prolonger le temps à l’infini. Commencez par le 1 & 2 (5" dans chaque position, ensuite le jour (semaine) suivant(e), le 3 & 4, et le jour suivant le 5 & 6.

    Avec de la pratique, on peut les faire à la suite mais ne brûlez pas les étapes. Patience et persévérance...

    Je conseille au débutant d'attendre 3 à 6 mois de pratique du Tai Chi Chuan (exercices taoïstes et la Forme), avant de commencer les 6 positions de Qi Gong.

     

    Ensuite on termine toujours par 2 exercices taoïstes de détente musculaire: pr détendre toutes les tensions que vous avez mises à vous détendre. A méditer!

     

    1er exercice taoïste de détente: Levez les genoux bien hauts (sans forcer), comme si vous marchiez à reculons sur place, les mains derrière le dos (10 fois)

     

    2éme exercice taoïste de détente:  Les fleurs d'or tombent du ciel (voir 24 exercices taoïstes(n°23)), pour détendre les jambes et les bras  (10 fois).


    NOTE GENERALE: Bien passer d'aplomb, d'un talon à l'autre. Mettre tout le poids sur le talon d'un côté et puis sur l'autre. Bien ouvrir les genoux sans forcer, écarter légèrement les coudes, si les épaules ne se détendent pas. Bien maintenir son attention sur ce que l'on fait. Ne pas se dissiper dans des pensées inutiles. Le regard est horizontal, ne pas fixer un point devant soi, regarder à l'horizontale pour voir en même temps le sol, le plafond, à gauche et à droite.



    Quelques conseils pour mieux pratiquer le Qi-Gong.



    Qi-Gong : le bassin est comme une coupe où se déverse le chi venant du sol par les talons, aussi garder le bassin horizontal sans nécessairement faire une bascule du bassin, relâcher seulement le bas du dos (3éme et 4ème lombaires ou Ming Men - porte de la vie).


    Qi-Gong: on doit plier les genoux sans forcer pour bien se relâcher dans les jambes, les genoux ne dépassent jamais les orteils. Si vous pliez les genoux, le poids du corps descend vers le bas ainsi les bras se relâcheront plus rapidement et seront de plus en plus légers, sinon vous pourrez faire du Qi-kung pendant 20 ans sans résultats probant. Aussi relâchez-vous dans les jambes et laisser descendre le poids lourd vers le bas .


    Qi-Gong: bien passer doucement tout le poids d’une jambe et d’un talon vers l’autre, lorsque le poids se trouve sur une jambe, « vider » et relâchez complètement l’autre jambe et gardez toujours les deux genoux pliés.


    Qi-Gong: Pour plus de détente, arrêtez-vous un instant sur le talon et pousser légèrement sur celui-ci en relâchant les épaules vers le bas, quand on passe du jambe à l'autre, on peut faire une légère spirale des jambes (sans forcer) pour renforcer l'enracinement.


    Qi-Gong: dans la position 3 et 4, on peut écarter légèrement les coudes vers l’extérieur et non vers l’arrière,  pour mieux détendre les épaules.


    Qi-Gong : ne pas crisper les orteils dans les positions, laisser descendre le poids lourd du corps vers le bas.


    Qi-Gong:  le pouce (sans forcer) est ouvert (gueule du tigre) est orienté vers le haut ou vers le Dan tien (suivant la position) cela augmente la circulation  de l'énergie.


    Qi-Gong  Quelle est la principale qualité pour pratiquer le Qi-Gong?

    La Détente = laisser tomber le lourd et laisser remonter le léger.


    Qi-Gong : IMPORTANT ! ne pas tenir, pour tenir, une position à tout prix, lorsque l’on ressent une rigidité ou un engourdissement ou douleur, relâcher complètement les mains en passant toujours d’une jambe à l’autre, secouez-vous bien les bras quelques instants et revenir dans la position, recommencez si nécessaire. On s'occupe de soi et pas du voisin. Soyez présent à ce que vous faites!
 



     Les Bienfaits du Qi Gong 



    Une pratique régulière des exercices de  Qi Gong permet de prévenir l'apparition de nombreuses maladies, éventuellement de les soigner et de prolonger la vie en améliorant sa qualité.

     

    Sans recours de médicaments, le Qi Gong réduit l'hypertension artérielle, les rhumatismes, le stress, les ulcères à l'estomac, l'asthme et bien d'autres maladies.

     

    Sa pratique régulière améliore la tenue du dos, la tonicité musculaire, la souplesse et il a une action équilibrante sur les organes internes du corps (coeur, poumons, foie, rate, reins), elle favorise un meilleur équilibre général et une énergie vitale renforcée et accrue.



    Faites-vous aider d’un professeur compétent pour ces exercices qui ne présentent en soi aucun danger si toutefois ils sont bien exécutés. Je décline toute responsabilité pour tous dommages corporels causés par ceux-ci. 


    Bonne pratique à toutes et tous !!!

    L. Bernardi

     



    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique