• Citations de textes classiques sur le Taïji Quan

     

    Extraits de l'excellent petit ouvrage de Li Xindong - Initiation au Taïjiquan - édité en Chine sous le n° ISBN 7-119-01900-7

     

    Le ciel et la terre sont un grand Taïji, le corps humain est un petit Taïji. L'être humain étant Taïji, il lui est naturel de pratiquer le Taïji.

    Dans la pratique du Taïjiquan, on se concentre sur le mouvement et on oublie naturellement le reste.

     

    - Yang Chengfu -, explications sur le grand Taïji et le petit Taïji.

     

    ***

     

    Le Taïji, né du Wuji (sans Pôle), est la mère du Yin et du Yang. Quand il se meut, il se divise; quand il se repose, il se fait tout.

     

    - Wang Zongyue -, A propos du Taïjiquan

     

    ***

     

    Bien que le corps soit en mouvement, le coeur demeure serein, le Qi retenu et l'esprit détendu.

    Il faut savoir que quand une partie du corps se meut, toutes les autres le font également et que quand une partie du corps se repose, toutes les autres le font également. Un mouvement apparent est un repos réel et un repos apparent, un mouvement réel. A l'intérieur, il renforce l'esprit, et à l'extérieur, il fait preuve de calme et d'aisance.

    Calme comme la montagne, mouvant comme le fleuve. Faire un pas comme au bord d'un abîme. Il faut mettre en valeur le Qi accumulé au coeur et le faire circuler dans le corps tout entier.

    Quand il n'y a rien dans le coeur, l'esprit est vide et vif. Dès qu'il y a quelque chose, il n'est ni vide ni vif. Seul le calme le soutient. Il est besoin de cultiver la sincérité pour équilibrer mobilité et silence. Les changements sont imprévisibles.

    Le plein est dans le vide et vice versa. Il s'agit là de l'application du principe naturel du Taïji. Ce n'est qu'après avoir obtenu des résultats que l'on pourra comprendre cette théorie merveilleuse.

    La pratique de la boxe permet de régulariser le sang et le Qi et de rendre la respiration naturelle; réajuster la respiration doucement et renforcer l'énergie primordiale dans le corps et prêter attention au Dantien (centre énergétique du corps 3/4 cm sous le nombril), se déplacer lentement, s'arrêter silencieusement et se remettre en mouvement avec l'intention.

    L'esprit doit être vide. Quand l'esprit est vide, toutes les parties du corps sont vides. Le Dantien, la taille et les talons doivent être pleins. Quand ces trois parties sont pleines, toutes les parties vides du corps deviendront pleines. C'est ce que l'on appelle "du vide au plein".

    Quand aux mouvements des mains et des pieds, ils s'effectuent en suivant une ligne courbe, non droite. Les cercles représente un Taïji. Le mouvement est sans rupture dans le calme et sans hâte.

    La pratique de la boxe dépend de la position initiale, quand celle-ci est correcte, vous exécuterez les mouvements sans encombre.

    Il faut maintenir la tête droite tout au long de la pratique, pour ne pas perdre l'appui des quatre membres et disperser l'esprit. La tête peut guider les mouvements du corps entier.

    Pour pratiquer le Taïjiquan, il y a trois points à retenir: Premièrement, au début, vous devez pratiquer lentement sans raideur; deuxièmement, pratiquez à un rythme accéléré, sans confusion; troisièmement,pratiquez doucement de nouveau après avoir exécuté des mouvements rapides. C'est la vrai douceur qui abrite la fermeté après une longue période de mouvements doux. La fermeté est dans la douceur et la douceur dans la fermeté.

     

    - Chen Xin -, A propos du Taïjiquan

     

    ***

     

     

    « 2017 - Année du CoqCOMMENT PRATIQUER LE TAÏJIQUAN »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :